L’envie de « créer des silos 2.0 »

Océalia teste depuis le début de la collecte d’été le dispositif Venti’Javelot sur son silo de Beauvais-sur-Matha (17). Avec l’automatisation de la ventilation et son pilotage à distance, les dirigeants espèrent réaliser des économies.

Sur le site de Beauvais-sur-Matha (Charente-Maritime), qui abrite un silo de stockage d’une capacité totale de 5 500 tonnes appartenant à la coopérative Océalia, les habitudes de ventilation ont un peu changé depuis le début de l’été et l’arrivée des premiers grains. Les sondes thermométriques de la marque Javelot, installées depuis trois ans, ont été rejointes par le dispositif connecté Venti’Javelot, qui permet d’automatiser la ventilation et de la piloter à distance. Toutes les heures, les relevés de températures sont transférés par chaque sonde vers les serveurs de Javelot. Les données enregistrées sont ensuite consultables sur une application. Pour Didier Renou, le responsable qualité du pôle agriculture chez Océalia, cette technologie présente de multiples avantages. Le premier d’entre eux est qu’elle permet d’éviter les trajets incessants des techniciens sur les lieux de stockage, alors qu’une cinquantaine d’entre eux sur les 130 sites de collecte de grains de la coopérative ne dispose pas de personnel permanent sur place. « Ce sont ces sites qui vont principalement être concernés par ce pilotage à distance », concède le responsable. Son mode automatique se révèle être un véritable atout, ainsi que la programmation d’un système d’alertes, lorsque le grain dépasse 10 °C par exemple. Toutefois, le Venti’Javelot n’a pas vocation à remplacer les techniciens. « La machine est un outil qui ne remplace pas la connaissance fine des techniciens. Par exemple, on ne ventile pas de la même manière un maïs et un colza. De plus, quand on commence à remplir une cellule, on a l’habitude de ventiler un peu et ça, le dispositif ne l’intègre pas forcément », indique Didier Renou. Le Venti’Javelot a ainsi permis à Christian Michelet, le responsable du site test de Beauvais-sur-Matha, « de partir en vacances sereinement », sans se soucier des plages de ventilation.

Optimiser les plages de ventilation

Cette nouvelle technologie, développée par la start-up lilloise en partenariat avec Arvalis, doit, dans un deuxième temps, permettre d’optimiser au maximum les temps de ventilation, et donc de réduire la consommation d’énergie tout en améliorant la qualité des grains. « Il faut qu’il subsiste un delta de température de 7 à 10 degrés entre l’air et le grain. En ventilant trop tôt, on surconsomme de l’énergie. En ventilant trop tard, la qualité des grains est atténuée », présente le responsable qualité. Avec l’application et les multiples alertes configurées, il est donc plus facile de déclencher la ventilation au bon moment. Au-delà des économies d’énergie et de qualité du grain, l’optimisation de la ventilation est également un outil pour baisser l’utilisation des insecticides de stockage. « La ventilation est un des seuls leviers que l’on a actuellement », assurent les deux hommes.

Plus de technologie dans les silos

Un premier bilan sera effectué à la fin de l’année mais l’intérêt du dispositif semble déjà éprouvé. « On s’y retrouve économiquement parlant. Maintenant, il faudra raisonner l’investissement ». En attendant d’équiper potentiellement d’autres sites de la coopérative, celui qui a l’ambition de créer des silos 2. 0 avait rendez-vous avec Javelot la semaine dernière pour des pièges à insectes connectés. « La technologie est très présente chez les agriculteurs et dans les industries de transformation mais encore peu dans les unités de stockage », déplore le responsable qualité. Il est temps que cela change.

CAROLE MISTRAL
Agri 79

Lien de l’article web ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu