Les sondes thermométriques connectées : une alternative aux insecticides de stockage

«La première sonde que nous avons développé mesurait deux mètres de long et avait la forme d’un javelot, d’où le nom de notre entreprise », raconte Vindicien Delcourt

agriculteur dans le Pas-de-Calais et co-fondateur de l’entreprise Javelot. Avec Félix Bonduelle, ingénieur agronome ils ont créé l’entreprise en 2018. Composée aujourd’hui de 15 personnes, Javelot est présente sur le marché national et Européen. Sur son secteur d’activité, deux millions de tonnes de céréales sont surveillées par 3 000 sondes. « Nous avons développé conjointement nos produits avec Arvalis qui nous a fourni des données techniques sur la ventilation et la conservation en silo. L’institut teste régulièrement nos sondes. C’est une garantie dans la fiabilité de nos outils. »

Le sans insecticide

« La ventilation et la désinsectisation par fumigation sont les seules solutions actuelles qui permettent de maîtriser l’apparition d’insectes. Or, le « sans insecticide » va prochainement s’imposer au stockage des denrées. D’autres solutions s’imposent !», souligne Vindicien Delcourt. Pour faire face à cette problématique, Javelot propose aux agriculteurs et aux organismes stockeurs (OS), un ensemble de solutions connectées. « Nous disposons de différents types de sondes et de matériels capables de déclencher automatiquement la ventilation. Les céréales sont des denrées vivantes qui, si elles ne sont pas surveillées en continu, peuvent chauffer au stockage. Cela influence le développement de maladies et d’insectes, agissant sur la qualité et la valorisation du grain. » Sur des gros stockages, la mise en œuvre d’un insecticide peut coûter jusqu’à 5 €/tonne. « C’est colossal. Avec nos outils, des économies de main d’œuvre de logistique et d’insecticide, réduisent de moitié les charges liées au stockage. » Ces aspects sont bénéfiques pour les négociations commerciales des OS qui justifient de bonnes pratiques et proposent des denrées de qualité répondant aux nouveaux cahiers des charges.

DIJON CÉRÉALES
« C’est une démarche plus verte qui répond aux attentes sociétales de faire sans insecticide »

Utilisés pour du stockage à plat, la coopérative Dijon céréales s’est équipée progressivement d’un parc de 300 sondes connectés. « Grâce à ces javelots, nous disposons davantage de souplesse dans la gestion des suivis de températures de nos différents lieux de stockage, explique Ludovic Lignier, technicien sanitation. L’application numérique nous permet de suivre à distance la température et de limiter la mobilisation du personnel et les déplacements. Ce suivi s’inscrit dans notre démarche globale de qualité et de traçabilité, il contribue aussi à la réduction des usages de produits phytosanitaires.»

Pour assurer un bon maillage de suivi, la coopérative céréalière installe une sonde toutes les 300 tonnes de stockage soit tous les cinq à six mètres. « Cette répartition assure un contrôle de température sur l’ensemble du silo y compris dans le fonds. C’est rassurant ! A chaque sonde correspond un relevé de température. Ainsi, nous pouvons localiser rapidement un point de chauffe. »

LA REVUE AGRICOLE DE L’AUBE, Julie GUICHON.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu